embruns de Louise MEY

Publié le par muriel

Résumé

Voilà une famille qui a le bon goût dans le sang, chérit les matières nobles, les fruits du marché, le poisson jeté du chalutier, la tape amicale dans le dos des braves. Voilà une team unie qui porte haut les valeurs d'authenticité, d'équité, d'optimisme. Les Moreau – c'est leur nom – ne perdent pas une miette de leur existence. Ils sont insupportablement vivants.
Et comme le veut l'adage, les chiens ne font pas des chats : Marion et Bastien sont les dignes héritiers de leurs parents. Ils ne les décevront pas.

Pour l'heure, tous les quatre se sont réfugiés le temps du pont du 14 Juillet sur une île de Bretagne. Un coin de paradis si prisé qu'il est impossible d'y séjourner sans passe-droit. Mais, même l'espace d'un week-end, impossible n'est pas Moreau.

Seulement, quand au retour d'une balade Béa, Chris et Bastien trouvent la maison vide, la parenthèse enchantée prend soudain l'allure d'un huis clos angoissant. La petite île, devenue terrain boueux d'une battue sous la pluie pour retrouver Marion, va révéler un autre visage : celui d'une étendue de terre entourée d'eau où vit une poignée d'individus soudés comme des frères et aguerris aux tempêtes

Mon avis

Rarement un livre ne m’avait paru aussi peu crédible…

En effet, la fin du roman semble parachuter de nulle part, aucun indice ne peut nous mettre sur la voie excepté dans les cinquante dernières pages…

En outre je n’ai pas trouvé réaliste cette famille si parfaite qui se trouve au cœur d’un kidnapping par les habitants de l’ile. Les dix dernières pages donnent enfin l’explication, mais quelle fin totalement absurde à mes yeux !

Les personnages semblaient donc de prime abord bien travaillés mais ce dénouement change la donne…

L’histoire elle se lit facilement, le récit est fluide malgré tout…

Dommage un rendez-vous manqué et j’hésite franchement à en lire d’autres

 

 

Commenter cet article